Journal d'un maniaque à Bagneux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Journal d'un maniaque à Bagneux

Message  Maniak le Mar 8 Avr - 14:54

Avertissement:

ceci est rédigé à chaud et non relu. Merci de votre compréhension!

Prologue :

Les rayons du soleil tombaient comme une bénédiction sur les murs de l'asile, atténuant l'aspect lugubre des hautes parois de pierre cernées de sapins noirs. Mais cela je ne le su qu'après, puisque dans l'aile 13 B, celle réservée aux plus dangereux désaxés, les cellules n'ont pas de fenêtres. Mais elles ont une porte de sortie, que j'allais emprunter aujourd'hui, muni de tout à fait officiel papier administratif m'autorisant une sortie exceptionnelle pour activités artistiques.
C'est donc menotté mais souriant que je gravit les escaliers menant à la sortie, escorté par deux solides infirmiers. L'un deux, Joe, avait une large balafre sur la joue et un regard mauvais. La balafre porte encore la marque de mes dents, tandis que le regard mauvais signifiait « ne fanfaronne pas, tu reviendra croupir ici très bientôt ».
Arrivé devant la lourde grille, deux policiers, un homme et une femme, prirent le relais des infirmiers et me firent sortir de l'asile. L'homme était un grand blond sec et placide, mais dont le regard vif témoignait de son expérience. Sa partenaire était une petit bonne femme qu'on aurait dit fraîchement débarquée de l'école de police. Elle avait des cheveux roux qui brillaient au soleil et une peau au grain fin, légèrement parsemée de tâches de rousseurs. Cette peau, ça allait être un vrai bonheur de la travailler !

Une fois que nous nous fûmes assez éloignés de l'asile, j’appliquai mon plan. Je sorti l'épingle que j'avais cachée à l'intérieur de ma gencive, me débarrassais de mes menottes et bondit sur le flic le plus aguerris. Comme prévu, la petite rouquine ne sut comment réagir, et j'avais déjà avalé un œil avant qu'elle ne pense à dégainer son arme.
Je laissais derrière moi les deux cadavres et constatais avec satisfaction la qualité de la peau de la rouquine.


Quand je repris mes esprits j'étais dans le train. Les drogues administrée à l'asile avaient cessé leurs effets. Et j'ignore encore si le massacre des flics, l'asile et les infirmiers étaient des hallucinations causées par les drogues ou la réalité. Tout ce que je sais c'est qu'à partir de maintenant tout ce que je vais raconter s'est réellement passé !

Jour 1 : Jeudi

Après un interminable voyage en train j'arrive enfin à Paris. Je saute dans le métro, direction rue Boyer pour découvrir la salle de l'asso Art et Thérapie où aura lieu la fameuse soirée Thérapie Collective.

À mon arrivée je trouve notre bon Gallinacé Ardent, superbement vêtu d'une authentique veste en peau de Cookie Monster, mais également notre chère Screamy, atout charme des artistes fous, ainsi que Nico Eco avec qui je n'aurais hélas pas le temps de discuter.


la veste en peau de Cookie Monster

La salle, ou plutôt les salles sont superbes : spacieuses et reliées par des couloirs et des recoins glauques du plus bel effet, dont la palme revient bien entendu au désormais mythique « boyau », un long couloir sans éclairage et parcouru de canalisations suintantes. Devant un tel endroit, une seule réaction possible : l'exploration ! Screamy & moi nous y engouffrons sans tarder. Mais si la demoiselle ne manque pas de courage pour pénétrer dans un tel lieu en compagnie d'un Maniak qui a encore du sang de flic sous les ongles, celui-ci lui fait soudain défaut face à la plus ancestrale peur humaine : le noir ! En effet les lumières des portables peinent à nous éclairer et nous n’apercevons pas le fond du boyau, qui pourrait très bien conduire tout droit aux sous-sol cryptiques du cimetière du père lachaise, situé à deux pas d'ici ! Nous rebroussons donc chemin, Screamy prenant appui sur les murs à son grand dam, l'humidité lui laissant des traces verdâtres sur le pantalon. Tu nous a eu une fois, mais ce n'est que partie remise, boyau !

A notre sortie, Wayne du collectif RAV arrive avec de superbes toiles, dont l'une (qui ne sera pas exposée) représentant à merveille les effets de l'alcool sur le dessin.
Mais toujours pas de Corvis, le grand architecte de la soirée sans qui rien n'est possible, qui est toujours en train de faire des emplettes avec Vinze.
Nous filons alors nous sustenter en compagnie de Gallinacé Ardent. Un fort sympathique restaurant à l'enseigne zoologique et grivoise fera l'affaire. La bière coule à flot et Screamy & moi nous nous ruons sur d'excellents tapas végétariens. Une autre membre du RAV nous rejoindras, ainsi que le grand (par le talent) et talentueux Canard fessée qui est plein de talent.
Corvis et Vinze arrivent enfin, Gallinacé & moi allons prêter main forte pour décharger la voiture.
En effet notre magnifique (par la beauté) Montpellierain a vu les choses en grand et nous sortons de sa petite voiture :

  • Un bar
  • Une table basse
  • Une multitude de coussins
  • Des cadres
  • Des membres arrachés
  • Un cœur humain
  • Un briquet


Il nous faut encore patienter car la salle où auront lieux les festivités est occupée par une petite troupe théâtrale de deux personnes qui poussent d'étranges hurlements. Ils quitterons le lieux assez vite et l'heure est à présent à l'installation de la salle. Screamy et les parisiens nous quittent et avec Galli, Vinze et Corvis on dresse les tables, on accroche les cadres, on installe les chevalets, dans les salles qui restent libres. Le briquet me permet de retourner explorer le boyau. Après plusieurs heures de marche dans le noir et l'humidité, je parviens à un cul de sac. Pour l'instant, nul fantôme ne l'occupe, si ce n'est ma propre ombre.





L'installation faite, nous saluons Gallinacé ardent et prenons la route avec Corvis et Vinze en direction de l'appart de ce dernier, où après une dernière bière, nous retrouvons les bras de Morphée.


Jour 2 : Vendredi



C'est le grand jour ! Aujourd'hui, Zone franche débute !
La matinée est consacrée au derniers préparatifs : Corvis est chargé de cuisiner les mets qui seront servis lors de la soirée du Samedi : Cake salé aux olives noires et vertes, Cake lardon feta, tarte aux pommes et gâteau au yahourt caramel. Pendant ce temps Vinze et moi effectuons les dernières courses : il faut trouver des panneaux de lièges pour accrocher les œuvres sans cadres et trouver un imprimeur pour imprimer nos bandeaux (Corvis ayant échoué à les imprimer chez lui, ainsi qu'à l'asso Art et Thérapie, et les deux larrons n'ont pas réussi à trouver d'imprimeur la veille). Un passage à la boite aux lettres nous informe que les prints de FloatinG sont arrivée! (en vain hélas car elles seront oubliées à Bagneux par moi Sad )
Évidemment, Corvis étant absent, la malchance nous quitte comme par magie et nous trouvons un imprimeur sympathique et débonnaire à deux pas de chez Vinze (notez quand même qu'avec Corvis dans la voiture, Vinze est passé plusieurs fois devant l'imprimeur sans le voir) mais il était trop tôt pour crier victoire : Corvis avait enregistré un petit bout de loose dans ses fichiers qui ne sont pas imprimables. Après avoir pesté et promis à l'imprimeur de revenir avec un pdf conforme, nous partons en quête de panneaux de lièges. Devant les prix exorbitants de ces derniers, nous nous rabattons sur du papier peint noir, qui sera bien plus classe.

De retour à l'appart, j'aide Corvis à finir la tarte aux pommes tandis que Vinze part chercher notre président bien aimé qui, une fois n'est pas coutume, a cette fois pris le bon train dans la bonne direction.
Le président arrive tout auréolé de gloire et de majesté présidentielle, lui aussi muni de la même autorisation de sortie de l'asile que moi. Nous nous félicitions mutuellement de la perfection de notre travail avant de passer à table. Et voilà qu'il est déjà l'heure de partir au festival !

Vinze notre vaillant chauffeur nous y conduit avant de repartir munis des fichiers en pdf de nos bandeaux (pour l'anecdote, ils n'étaient pas imprimables car Corvis avait créé un fichier en 300 pixel par centimètres, ce qui aurait donné à l'impression des bandeaux de plus d'1 mètre de long!!!) chez l'imprimeur.
Pendant ce temps nous installons le stand, livres, posters, badges, marques-pages... on distribue les flyers et les affiches de la soirée à nos amis du stand Trash/Carnoplaste ainsi qu'à Pénélope des éditions de la madolière. Avec cette dernière nous effectuons un échange tactique, quelques anthologies « Folie(s) » viennent garnir avec superbe son stand, tandis que nous récoltons son anthologie « Créatures » qui s'est enrichie des glorieuses participations des fous que son HMD, Mathlamenace et Southeast Jones.



Le stand installé, Vinze nous rejoint et les participants commencent à passer devant notre stand. Le Madnaute Spomelecre est un des premiers à passer pour récupérer l'exemplaire de Folie(s) qu'il avait pré-commandé. Le gaillard est fort sympatique et nous devisons sur Game Of Thrones et Le Seigneur des anneaux.



Phil le poulpe est l'un de nos premiers clients du salon, nous lui dédicaçons avec entrain nos ouvrages.





Screamy viendra faire un tour sur notre stand et ira même jusqu'à poser devant des images pornographiques et sexistes prouvant de manière indiscutable qu'elle est bien à sa place parmi les fous.





Corvis nous quitte alors sans se presser, il doit en effet traverser tout Paris pour prendre le Oui-go qui l'emmèneras à Toulon où il doit jouer un pirate dans une fontaine.
La journée s'achève dans le calme, entre les séances de découpage des bandeaux décidément trop classes et les dédicaces que l'on se fait mutuellement.

Nous quittons la salle à 18h pour nous rendre à l'asso Art & Thérapie afin d'installer les salles.
Durant le trajet nous apprenons que Corvis vient de louper son train. Nous sommes partagés entre la pitié (un peu), le rire (beaucoup) et la joie de savoir qu'il sera avec nous demain (si nous savions!)
Arrivés à l'asso, il est l'heure de manger. Retour au lapin blanc : tapas & bière & lasagnes (courgettes, olives, feta : un délice!).


instant selfie. Vinze, lui, boit.

Nous apprenons entre deux bières que le talentueux Deadstar a mal vécu le changement d'heure : il n'a pas avancé sa montre d'une heure, mais d'un jour ! En effet, persuadé que la soirée aura lieu aujourd'hui, il s'apprête a débarquer sur Paris !
Au final son aide ne sera pas de trop, et après lui avoir fait visiter ces locaux incroyables nous nous mettons à la tâche et installons tout pour une Thérapie Collective réussie !


Deadstar visite le boyau.



Deadstar sort ses très impressionnantes toiles dont l'une, réalisée en l'honneur de cham & moi, me comble d'aise ! Les artistes sont fous mais ils s'aiment.



Corvis nous apprends alors qu'il ne sera pas des nôtres le lendemain puisqu'il partira quand même à Toulon mais via un train très matinal... le magnifique énergumène ne lâche jamais le morceau !



le coin deadstar


le coin cooke


le coin screamy-lounge


Corvis installe, Vinze, lui, boit.


Les Contes marrons à leur place


Le couloir Wayne


l'escalier Venom


le coin-coin Canard


Galli, très concerné


le mur Maniak

Épuisés, nous rentrons chez Vinze, une dernière bière et au lit, demain la journée sera rude !





Jour 3 : Samedi


Le samedi est toujours le meilleur jour à Bagneux, alors il faut faire les choses bien !
HMD et moi nous nous réveillons chez Vinze. Notre premier réflexe est d'aller vérifier dans la chambre de la belle au bois dormant si elle n'a pas fait une crise d'hypersomnie et loupé son deuxième train. Heureusement ce n'est pas le cas. Corvis parti, la malédiction loosesque est levée : alors que nous sommes sur le point de partir, le concierge fait signe à Vinze : un colis est arrivé : il s'agit des photos de Corvis, enfin imprimées et livrées, que ce dernier attendait avec désespoir depuis plusieurs jours ! Nous passons donc rapidement chez le boulanger et à la poste pour faire de la monnaie avant d'aller rejoindre le festival.
Il s'agit de faire fort : HMD revêt son costume de docteur fou : vêtements verts d'interne en médecine, masque, gants de latex, seringue intra-musculaire et pince d'arracheur de dents sont de la partie. Quant-à moi j'enfile mon tablier encore maculé de sang et je revêt mon masque de peau humaine encore sanguinolente.




Nous tartinons ensuite un rouleau de PQ avec de la sauce-chocolat périmée. L'effet est splendide, même en séchant la sauce reste brillante et évoque à merveille une diarrhée bien liquide et bien noire.




notre stand c'est le plus beau!

La matinée est calme, en attendant les premiers clients on fait les cons avec les gaillards de Trash, on fait des bulles de savon et d'autres conneries. Julien vient se faire dédicacer son exemplaire de Folie(s) et prend un Contes Marrons. Nous rendons la pareille à nos collègues, pour ma part j'achète Sous la peau de Screamy, Garbage Rampage de Julien, Night Stalker le n°2 sur la liste des pires TRASH et bien sûr les aventures de Diane de Nelly.



ces cascades sont effectuées par des professionnels, ne refaites pas ça chez vous : ça ne marche pas les bulles avec un masque!




TRASH!

déditrash!


L'après-midi, beaucoup de monde vient. Nous rencontrons NokomisM qui a écrit « Le même sang coule dans nos veines » et nous nous demandons comment une nouvelle aussi torturée et déviante a pu sortir de l'esprit d'une aussi jolie et gentille jeune femme... psychologue qui plus est !




Nous dédicaçons plusieurs bouquins quand soudain un brouhaha se fait entendre. Deux orcs s'amusent à faire peur aux visiteurs. Mais ils sont de bien piètres monstres et HMD et moi décidons de leur montrer un peu ce qu'est la réelle folie ! Seringue et pince en main, nous leur sautons dessus. Évidemment les pauvres orcs prennent peur et dans la panique, l'un d'eux est légèrement blessé au cou avec la seringue dont le capuchon est tombé... Un épisode digne de la folie qui nous anime. Il ne s'agit que d'une égratignure, l'orc reviendra nous voir, et après avoir été rassuré sur le fait que la seringue était stérile, nous la lui dédicacerons.


New's of Bagneux (extrait) :
Deux forcenés se sont violemment attaqués à de sympathiques orcs venus croquer des enfants, l'un d'eux a été grièvement blessé durant l'assaut. La police cherche toujours les dangereux criminels auteurs du forfait


L'air cruel et satisfait de son méfait, HMD ricane, le fourbe!!

Après cet épisode qui nous fera bien marrer, nous avons la surprise de voir débarquer en avance Nosfé qui nous rejoint sur le stand et sort ses livres pour se les faire dédicacer... C'est le moment que choisi Green Tiburon pour surgir sur moi ! Pris en traître alors que je dédicaçait placidement, je me saisi de mon masque de peau humaine et m'apprête à affronter mon ennemi de toujours. La lutte est loyale et splendide. De force égale, aucun des adversaire ne parvient à être vainqueur. Nous décidons alors de faire une trêve. Les photographes sont venus nombreux et les flash crépitent, immortalisant un impudique baiser contre-nature qui fera la une des tabloïds et enrager Frigide Barjot.
L'amitié Trasho-Artiste folle aura ainsi été scellée dans la sueur et la salive, au terme d'une lutte virile.


la lutte est âpre!


Mais cela finit bien!


Un paparazzi vole un moment d'intimité entre les lutteurs




Nosfé n'étant pas venu les mains vides, il sort une poignée d'yeux fraîchement arrachés avec lesquels nous nous amusons comme des enfants.



La journée s'écoule dans la bonne humeur avec de nombreuses ventes.


l'auguste braguette présidentielle, glorieusement décorée!

Il est 18h passée, nous formons un premier convoi avec Nosfé et partons en direction des locaux de l'asso Art & Thérapie.
HMD quitte à son tour les lieux du festival en compagnie de Pénélope et de son harem. Vinze quant à lui est contraint d'aller rechercher du stock de Folie(s) tant les ventes ont été bonnes.

Nosfé me dépose sur les lieux du crime et part chercher à se garer.
La soirée débute en trombe ! C'est la folie et le chaos. Udéka, déjà fortement alcoolisé, se rue sur les exemplaires de Folie(s) et se pâme de bonheur ! Cham exulte devant la beauté incroyable et sublimement magnifique de sa couverture ! Loki a déjà plus d'alcool que de sang dans les veines et déclame quelques tirades poétiques incompréhensibles. Gallinacé ardent court partout pour tout organiser tandis que sa charmante épouse tient avec vaillance le bar, qui est déjà l'objet des convoitises de Fraggle, Bret Gimson le légendaire et LMD le non moins légendaire ! D'autres madnautes affluent, on croise le Sénateur qui porte son avatar en t-shirt, ainsi qu'un mystérieux individu en imper et chapeau de cow-boy, il s'agit, on le saura plus tard, d'Eddie dont la timidité l'aura empêché de venir se présenter à nous. Dex et Deadstar sont également présents. NokomisM viendra faire un tour, ainsi que Morgane Caussarieu (auteur de deux textes pour nous). Udéka envoie son Mix et le son pulse jusqu'à ce que le enceintes finissent par rendre l'âme. En panique, Gallinacé court partout pour résoudre le problème, tandis que Cham, Dex, Canard, Deadstar & moi dédicaçons à la chaine les livres que tout le monde achète ! C'est la folie ! Les autres stand marchent pas mal aussi, tout le monde semble content.


Cham dédicace un panda maléfique...

pour le sénateur!


au cours de ce week-end 98% des gens m'ont demandé "ce que tu veux" à dédicacer, tandis que 2% m'ont demandé "Le roi des pandas à poil sur un tricératops (avec l'armée du mordor)" ...



gnnniiiaaaa Poltermok en pleine possession de ses moyens, dédicace.



dédicacer à coté de cham c'est s'exposer à la comparaison avec des trucs qui défoncent!!!






deadstar dédicace!

Je profite d'une accalmie pour me glisser à nouveau dans le boyau avec une lampe de poche. j'étouffe un hoquet de surprise en découvrant qu'un spectre bien connu a élu domicile au fond du boyau : il s'agit de la Sorcière-Singe de Bali ! Il faut absolument que je tente d'immortaliser sa présence, une telle photo vaut de l'or auprès des magazines sur l'ufologie et le paranormal. Je connais à présent assez bien le boyau pour pouvoir me passer de lampe. Ce qui trompera une infortunée demoiselle qui, suite aux suggestions de Gallinacé ardent, tentera de s'y aventurer lampe en main. Caché dans le noir, je vois alors le faisceau lumineux s'approcher de moi. Dans un accès de démence incontrôlé j'éclate d'un rire tonitruant, qui résonne avec fracas dans l'étroit tunnel, effrayant comme jamais la demoiselle dont le cœur battra longtemps la chamade au cours de la soirée.


Mais... qu'elle est cette silhouette funeste?

aaah!! horreur glauque!!!

Après deux ou trois heures de dessin, les choses se calment et je peux enfin boire un peu de bière et discuter avec Fraggle et LMD. Nous pestons contre les madnautes et les blockbusters.


notre charmante barwoman!


ne jamais demander à screamy de poser...

La mère de Gallinacé ardent s’extasiera devant la dédicace que lui fera HMD, nous discuterons avec l'auteure d'un livre sur les gothiques, une fan de Ballard, quand soudain, un catcheur cruel, El Chama Vadore, surgit de nulle part et lance un défi à Green Tiburon ! Ni une ni deux, j'enfile mon masque de peau humaine et m'en vais secourir celui qui est désormais mon allié. Nous ne serons pas de trop pour parvenir à vaincre ce catcheur !




Mais à peine El Chama Vadore terrassé, une autre menace faite face ! Il s'agit du loup garou aveugle ! Heureusement inoffensif pour The Green Tiburon qui s'en désintéressera, me laissant arracher le visage de ce menu fretin. Mais quelle surprise de découvrir, sous la peau de loup-garou, un masque de zombie ! Et sous le masque de zombie, un catcheur rouge ! Et sous le catcheur rouge, un Gallinacé ardent bine content d'avoir retrouvé la vue une fois ses trois couches de masques ôtées !

La soirée se terminera par la projection de plusieurs courts métrages dont on retiendra surtout le très glauque « Nuit noire » qui, une fois mis de coté le scénario assez classique et le coté très Gaspar Noé s'avère être une chouette surprise, de très bon acteurs, un montage pas vilain et un joli soin apporté à l'image.



Au final ce fut une soirée excellente! De très nombreux attributs masculins furent dessinés avec talents sur les livres, les tables, des feuilles volantes et jusque sur la peau de notre Poltermok adoré, à tel point que la femme dudit Gallinacé, interloquée, finira par lui demander "pourquoi les français dessinent toujours des bites?" mrgreen 

La salle sera ensuite rangée sommairement par les plus vaillants artistes fous : Corvis, HMD, Nosfé, Vinze, Gallinacé ardent et moi même. Nous rentrerons vers 3h du matin et allons nous coucher sans attendre, le lendemain sera à nouveau une grosse journée.



Jour 4 : Dimanche

Le réveil est difficile. Très. Mais nous sommes des pros, en route mauvaise troupe, nous arrivons à Bagneux presque à l'heure en compagnie de Nosfé.


On installe le stand et on petit-déjeune. La matinée est calme, seulement troublée par quelques enfants venus suivre le jeu de piste organisé par le festival, auquel nous participons contraint et forcés. Du coup, régulièrement gamines et gamins viennent nous voir, grimacent devant les posters et le rouleau de PQ. Mais cela ne me gène nullement pour soigneusement dédicacer le livre réservé à Nukeman qui aura droit à un dessin représentant deux de ses grandes passions dans la vie. Et les gamins absorbés par le jeu ne voient pas le splendide dessin de cet homme, le sexe turgescent, éjaculant avec entrain dans une bière. Zob volant  Zob 



Bière... puisqu'il en est questions, nous nous efforçons de combattre le mal par le mal et notre gueule de bois recule devant les leffe triples apportées par Corvis, les leffe au miel et la bête des Vosges de nosfé et surtout, devant le splendide Château Boyrein apporté par HMD.


Nous n'avions pas de sous-bock... heureusement que Pénélope était là pour y pallier!

L'après-midi est plus fréquentée. Signalons une sympathique grand-mère venue acheter nos Contes marron pour sa fille, une amie de la fac qui nous prend carrément 3 bouquins (dont le dernier exemplaire de Fin(s) du monde!!) ainsi que le cœur de Corvis qui se met à draguer avec splendeur (je cite « tu vois la première nouvelle de Sales bêtes est vraiment très émotivante, elle m'a tout bouleversé dans mes émotions alors même que je suis incroyablement viril » hahahaha tu n'as aucunes chances mon pauvre!) et ça dédicace sec !



Corvis aura un Maniac dédicacé par Maniak, je fais des blagues sur Abdul Al Hazred et là Canard fessée nous rejoint et sort la grosse artillerie ! Ses dédicaces se font à partir d'une photo découpée dans un dictionnaire médical ! La classe ULTIME !!! De honte face à tant de génie, je me brûle les mains afin de ne plus jamais dessiner.





Canard!!!!  wahoo 



La journée se termine et confirmant le proverbe, notre président s'en va le premier. Sad 
A ce moment, des malfaiteurs encore inconnus (mais la police est sur le coup) perpètrent un attentat contre notre stand: des petits papiers insultants sont jetés avec marqué "ça sent le caca par ici - Degüellus" ou "Le Fascicule il t'encule". Nous ne savons pas encore qui sont les auteurs de ces actes ignobles mais dès que nous les aurons trouvés, notre vengeance sera sans pitié!

Puis Canard rentre chez lui aussi, et ne reste plus que Corvis et moi pour une journée encore chez Vinze.

La soirée est calme, la bière coule et nous lisons des choses intéressantes.


a peine récupéré que nous nous rendons sur les lieux du crime à nouveau, pour finir le rangement des chaises et des tables, passer l'aspirateur puis la serpillière. Une tâche fastidieuse mais qui valait drôlement le coup : nous fûmes ainsi témoins de la méthode japonaise
de passer la serpillière :


pour finir, un dernier repas (dégueulasse) à refaire le monde, on a eu droit à une saisissante imitation de Diane par Galli et des contraintes débiles imaginées pour les ateliers (pas de voyelles!!) et voilà!

Le lundi sera consacré au repos, Corvis se rendra dans un cinéma pour voir un capitaine se battre avec un avion, pour ma part je me rendrais au Père Lachaise pour y lire une histoire de prépuce arraché et de mutilation extrêmes à l'ombre des grands ifs. Au bout d'une trentaine de pages, un homme passera à coté de moi pour ouvrir une tombe. Puis quatre autres portant un cercueil. J'ai officiellement lu un roman TRASH à moins de 20 mètres d'un enterrement ! Cool  brain 



Quel week end !

_________________

nosfé a écrit:
2012: illustration par Jan Van Eyck (grand peintre flamand du XVième siècle)
2013: illustration par Maniak (artiste fou)
avatar
Maniak
fabuleux malade mental hagard
fabuleux malade mental hagard

Messages : 1781
Date d'inscription : 17/11/2012
Localisation : Vosges

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal d'un maniaque à Bagneux

Message  Corvis le Jeu 10 Avr - 12:27

Je m'insurge, monsieur confond le second degré avec la drague (comment je pensais pas à mal en plus)
(mon plan drague c'est ma dédicace plutôt huhu)
avatar
Corvis
50 shades of Corv'
50 shades of Corv'

Messages : 1814
Date d'inscription : 20/11/2012
Age : 33
Localisation : Rlyeh

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum